COVID 19 ET LES TRAUMATISMES DES DEMANDEURS D’ASILE

L’épidémie du Covid-19 et le confinement ont généré des souvenirs souvent traumatiques chez les demandeurs d’asile. Des traumatismes antérieurs : la prison, pour certains et l’épidémie d’Ebola, pour d’autres.

La Direction générale des étrangers en France (DGEF), craignant une vague de décompensations psychiques dans les centres d’hébergement, a ouvert le 20 avril 2020 une ligne téléphonique pour les travailleurs sociaux. L’objectif : les aider à faire face aux comportements inhabituels de certains accueillis. Jusqu’à la fin du mois de juin, la plateforme est toujours active, même si ces derniers jours, le téléphone sonne moins qu’avant.
Les travailleurs sociaux et psychologues sont sur le pont pour les accompagner dans la sortie de crise.

Avec JRS France, un bilan plutôt positif, les demandeurs d’asile et réfugiés confinés en famille avec JRS Welcome ont été préservés des réactivations traumatiques.
« Leurs expériences passées se sont transformées en forces de résilience. Souvent, c’est eux qui ont réconforté leurs familles d’accueil, inquiètes vis-à-vis de la crise sanitaire et de l’économie », se réjouit Antoine Paumard sj, directeur du JRS France.

Un article proposé par La Vie, pour le découvrir cliquez ici !

Retour haut de page