Des membres du JRS pour « World Radio Paris »

 

Amber, Flo et Carrie ont proposé à Aziz, Bahram et Sangay, 3 membres de Welcome Jeunes de construire avec elles un reportage radio. Après quelques ateliers de préparation, ils ont pu réimg_8316aliser un reportage que vous pouvez écouter ici.

img_7491

 

 

 

 

Le décret anti-immigration de Trump vu par les Parisiens

Durant la campagne présidentielle américaine, Donald Trump a appelé à un arrêt complet de l’immigration des musulmans. Son décret interdisant l’entrée aux ressortissants de 7 pays à majorité musulmane (Irak, Iran, Yémen, Libye, Syrie, Soudan et Somalie) a été considéré par beaucoup comme la mesure la plus farouche contre les réfugiés.

Et pourtant, à l’échelle mondiale, ce n’est que la pointe d’un immense iceberg. A Paris par exemple, depuis 2015 se sont des centaines de milliers de réfugiés qui sont arrivés, et qui, pendant leur longue attente avant d’espérer obtenir l’asile, se retrouvent relégués à la rue.

Ces tentes, ces bâches et ces camps sont la marque d’un autre aspect de Paris, moins glamour et moins médiatisé, bien à l’opposé des fameux cafés de St-Germain ou de la Tour Eiffel qui attirent en masse les touristes étrangers. Et pourtant, impossible d’ignorer cette dure et âpre réalité qu’affrontent les réfugiés.

Aziz, Sanguy et Bahram sont passés par là. Ayant aujourd’hui obtenu la protection de la France, ils n’oublieront cependant jamais ce qu’est le sentiment de ne pas se sentir bienvenus dans un pays. Grâce à l’aide d’ Amber, de Carrie et de Flo (de World Radio Paris), ils sont allés à la rencontre des Parisiens défilant dans la manifestation « anti-Trump » pour savoir ce qu’ils avaient à dire du « décret anti-musulman ».

C’est Aziz qui prend le premier le micro. Comme beaucoup d’autres réfugiés, il se sent lui-même déchiré intérieurement, conscient que sa présence même en Europe a servi d’argument de poids dans les campagnes anti-immigration de Trump ou Le Pen.

« Tous unis contre l’oppression et des mesures ridicules. »

Ce sont les mots qu’utilise Viviana pour expliquer sa présence au défilé et son refus de cautionner la politique des Etats-Unis. Un autre manifestant interrogé par Sanguy prend tout autant à cœur la protestation contre la politique de Trump. « Je suis gay, métissé, marocain, héritier d’un ancien pays colonisé. Juste par mon existence, je représente le combat contre tout type de « fascisme » défendu en Amérique. »

 Un décret « hypocrite » suspect et « arbitraire », qui épargne curieusement le business de Trump

Certains passants sont plus pragmatiques, mentionnant le curieux choix des 7 pays, qui préserve soigneusement les territoires où les entreprises que possède Trump sont bien implantées.

D’autres encore pointent le risque d’accaparation d’un pouvoir total par Trump, notant une usurpation des moyens de l’exécutif.

Une aberration anti-démocratique dans un pays qui s’est construit par l’immigration

Sanguy tire des parallèles entre sa douloureuse expérience d’oppression, religieuse et politique, et ce qui se passe en ce moment même outre-Atlantique. Pour lui, c’est une totale1-projet-radio aberration, qui renie le passé même des Etats-Unis qui s’est construit grâce à l’immigration.

Et si Trump continue sur ce chemin, « qu’en sera-t-il pour le futur de la politique américaine ? », demande ensuite Bahram. Son interlocuteur lui répond sans hésitation : une sérieuse menace pour notre système démocratique, mais aussi pour nos valeurs de justice, droits de l’homme et liberté.

Cependant, la bataille n’est pas perdue d’avance. L’application du décret « anti-musulman » de Trump a été suspendue pour le moment par les tribunaux américains. Et comme ce reportage le montre, l’opposition s’organise, aux Etats-Unis comme à l’étranger.

 

Merci à Olivia Nantermoz qui a traduit/résumé le contenu de l’article pour que même les non-anglophones puissent en profiter.