ANNE-LISE, COORDINATRICE DE L’ÉCOLE DE FRANÇAIS À PARIS

Anne-Lise est la coordinatrice de l’École de Français depuis un an et fait aujourd’hui un retour sur les mois qui ont suivi le confinement pour l’École de Français.

Anne-Lise Mercier
©Pauline Peigné

Comment s’est passé le retour à la normale pour l’École de Français ?
La reprise s’est faite le 18 mai sur des créneaux horaires adaptés, afin d’éviter les horaires de pointe pour les participants et de réduire les temps de transport. Nous avons trouvé que le retour était très positif puisque la quasi-totalité des élèves sont revenus. On avait une crainte que certains décrochent après une pause aussi longue. Mais, ils étaient tous super motivés, cela faisait plaisir.

On a donc lancé immédiatement une préparation intensive au Diplôme d’Études en Langue Française.

Quels ont été les résultats du DELF ?
La première session du DELF s’est déroulée les 24 et 25 juin. Nous avons présenté 7 personnes au niveau A1, qui l’ont tous eu, 7 au niveau A2, 14 au niveau B1. Ensuite, les 8 personnes pour le B2 sont passées en juillet et nous attendons les résultats.

Nous trouvons le résultat très positif, surtout après les 2 mois de confinement. Cela a permis de rebooster les élèves, et d’avoir une fin d’année scolaire agréable et nette après cette interruption brusque.

Un autre élément très positif est que plusieurs élèves ayant obtenu le B1 ont pu s’inscrire à l’université. Deux se sont inscrites à une année passerelle pour approfondir le français et apprendre la méthodologie universitaire, une autre élève a été prise en droit à Saint-Denis. Nous sommes donc très contents !
Cette année, pour la première fois, JRS École de Français a travaillé en partenariat avec Thot, une école de français à Saint-Denis pour le DELF et cette coopération a été très positive.

Quels sont les changements pour 2020-2021 ?
Pour cette nouvelle année, nous avons peu de changement. Par rapport au nombre d’élèves inscrits, nous gardons les mêmes jauges que les année précédentes :12 élèves inscrits par classe avec en moyenne 9 élèves présents à chaque cours. Il y a une vraie volonté d’avoir un suivi approfondi avec chaque élève.
Nous changeons de manuel de FLE, mais nous restons sur des cours organisés par niveaux avec comme objectif le DELF.

Par ailleurs, des déplacements dans des antennes sont en train d’être organisés. L’idée est de répondre à un besoin de formation exprimé par certaines antennes. L’objectif est de présenter la pédagogie du Français Langue Étrangère et de répondre à des besoins particuliers de structuration.

Quelle est l’importance de l’apprentissage du français dès la demande d’asile ?
D’abord, il faut faire attention à différencier l’apprentissage du français pour un demandeur d’asile et pour un réfugié. Il y a une plus grande offre de cours de français pour les personnes réfugiées et des cours obligatoires par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII). Mais les demandeurs d’asile n’ont pas accès au cours proposé par le gouvernement. De nombreuses personnes restent plusieurs années sur le territoire français avant d’obtenir leur statut et ont une réelle volonté d’utiliser ce temps pour l’apprentissage de la langue. Nos cours, ouverts aux demandeurs d’asile, répondent à ce besoin essentiel. 

Retour haut de page