Discussion avec Yasmin, volontaire en service civique

Bonjour ! Peux-tu te présenter rapidement ?

Yasmin est une jeune Australienne. Arrivée récemment en France, elle a décidé de s’engager auprès des personnes exilées en faisant un service civique à JRS Loire-Atlantique

Je suis Yasmin, en service civique à JRS Jeunes à Nantes. Je suis Australienne de Sydney et je suis en France depuis l’année dernière (septembre 2020). J’aime regarder des films qui incitent à la réflexion, lire des livres de non-fiction, faire des promenades et avoir des grandes conversations avec les autres.

Comment as-tu entendu parler de JRS Jeunes ?

J’ai trouvé le poste de service civique au sein de JRS Jeunes en août de cette année. Je cherchais des postes avec du sens, où je pourrais travailler en partenariat avec des réfugiés et des demandeurs d’asile en France.

Quand es-tu venue pour la première fois à JRS ?

Avant de commencer mon poste de service civique avec JRS France, je connaissais déjà la structure JRS en général car j’étais bénévole pour un programme de JRS Australie destiné aux mères célibataires réfugiées à Sydney. Je garde un très bon souvenir de cette expérience et de JRS !

Qu'est-ce que tu aimes à JRS Jeunes ?

Les personnes extraordinaires, exilées ou locales, avec lesquelles j’ai le plaisir de m’engager dans des activités et des discussions lors de chaque rassemblement de JRS Jeunes. Je me sens vraiment chanceuse tous les jours.

PEUX-TU NOUS RACONTER UNE SURPRISE, UNE RENCONTRE, QUELQUE CHOSE QUI T’ES ARRIVÉE PENDANT UNE ACTIVITÉ ?

Il est probablement vrai que les migrants qui ne parlent pas français risquent d’être plus isolés que ceux qui parlent déjà français lorsqu’ils arrivent en France. Cela s’est confirmé lors d’un échange récent que j’ai eu avec un réfugié nigérian qui m’a parlé pendant des heures de son histoire et de sa vie en France, le tout en anglais, puisque c’est notre langue maternelle à tous les deux. J’ai eu l’impression qu’il s’était soulagé en racontant enfin à quelqu’un son séjour en France, car il ne parle pas du tout français et n’a pas d’amis à qui parler en anglais.

C’était une rencontre très spéciale

Qu’est-ce que tu as appris à JRS Jeunes ?

Pour les réfugiés et les demandeurs d’asile qui arrivent en France et dans tout autres pays, ce n’est pas seulement d’un logement et d’un emploi dont ils ont besoin, mais aussi de liens sociaux stables, honnêtes et chaleureux dans leur nouveau pays d’accueil. C’est pour cette raison que des programmes comme JRS Jeunes sont si importants au long terme. De plus, chaque migrant a une histoire, des rêves et des passions qui lui sont propres.

S'il fallait ajouter ou changer une chose à JRS Jeunes, qu'est-ce que ça serait selon toi ?

Au moins à Nantes, j’aimerais que ce soit plus facile d’établir des liens avec des étudiants et des jeunes de la région afin de participer à des activités, car c’est un défi auquel nous sommes actuellement confrontés.

Que dirais-tu pour présenter JRS Jeunes à tes amis ?

Nous sommes une association qui lutte contre l’isolement social des réfugiés, demandeurs d’asile et migrants qui ont trouvé la France comme nouveau pays d’accueil. Nous nous engageons à développer un espace accueillant et enrichissant pour tous !

Retour haut de page