À la rencontre de…. Hamara

Bonjour Hamara, est-ce que tu peux te présenter rapidement ? 
Je m’appelle Coulibaly Hamara, ou Hamara Coulibaly, c’est selon l’administration. Je suis Mauritanien, j’habite à Paris.

Depuis quand connais-tu JRS France ?
La première fois que j’ai découvert JRS c’était à Dijon en mars 2019. Un ami qui était là bas, un malien, m’a dit de venir à JRS Jeunes, qu’il y avait des activités. Ça m’a intéressé j’y suis allé et du coup on a fait du théâtre, des cours de français… Je suis aussi venu à Paris avec Dijon au week-end national c’était trop bien. On était nombreux !
L’année dernière j’étais à Paris et j’ai rencontré Pauline pour lui demander de participer à JRS Jeunes de Paris car j’habite à Paris maintenant. Elle m’a dit c’est possible, la porte est ouverte.

Quelles activités as-tu faites en présentiel à Paris ?
Je n’ai pas fait grand chose car je travaille, et avec le Covid… On n’arrive pas à faire grand chose ces derniers temps.

Et avec les confinements, que s’est-il passé ?
On a fait des appels vidéos en Zoom, des activités sur internet. J’ai répondu à un défi et dessiné une femme enceinte [publiée ensuite dans le Journal du confinement], j’étais trop content de faire ça.
On a aussi préparé des repas et dîné ensemble, ou fait du yoga, c’était trop bien. On ne pouvait pas se regrouper pour les activités mais on a fait le maximum pour faire des activités ensemble.
Ça me fait plaisir quand vous m’envoyez un message et si j’arrive pas à participer ça me fait mal au cœur. Même si avec le travail c’est compliqué.

Est ce que tu peux me parler un peu des JRS Olympics [Des Olympiades sur whatsapp organisée du 2 au 22 décembre] ?
Dès le 1er défi j’étais tellement content, à l’aise. On a gagné, ça m’a donné du courage, ça m’a bien motivé. Et à chaque fois qu’il y avait des défis, c’était moi le premier à convaincre mon équipe. La 1e fois qu’ils m’ont fait confiance c’était quand on arrivait pas à trouver un nom de groupe, et c’est moi qui ait proposé “super héros”. Ils ont trouvé l’idée super. Et j’ai aussi donné l’idée de la chanson pour l’hymne de notre équipe. Il me font confiance et c’est trop bien. 

Est ce que tu peux me parler du mois de Janvier à JRS Jeunes ?
J’arrive moins à participer, mais j’ai participé une fois. Le jour où je suis venu, il y avait un cadeau à partager et il y avait des nouveaux que je ne connaissais pas. On s’est rencontré, on a fait des jeux ensemble. On a fait un discours, partagé les cadeaux, et donné envie aux gens de venir.
C’est le mois de janvier, c’est le début, mais j’espère que ça va aller et que ça va nous amener loin. 

Un mot à dire à ceux de JRS Jeunes pour cette année ?
À tous les bénévoles, ceux qui travaillent à JRS, je les encourage à travailler dur pour eux-mêmes et pour nous. C’est pas facile de comprendre tous les gens : certains sont polis, d’autres malpolis, mais pour moi les gens qui travaillent à JRS ils sont très très gentils, très très respectueux et trop motivés. Ils comprennent tout le monde, même si on a une difficulté, fâché, poli, ils arrivent à nous comprendre. Félicitations d’être courageux et de continuer comme ça. J’aimerais être comme eux, mais je ne peux pas être à leur place. 

Un mot à dire à des personnes qui ne connaissent pas JRS Jeunes ?
L’année dernière j’ai amené un ami, il ne trouve pas beaucoup de temps pour participer, mais chaque fois qu’on fait quelque chose, il me demande comment va JRS. J’aimerais t’expliquer, mais le mieux c’est de venir. Si on a des amis, on n’a qu’à les amener à JRS avec nous, pour comprendre ce que fait JRS.

Un mot pour la fin ?
Je vous souhaite une très bonne continuation, merci pour JRS Jeunes, pour tous les participants, bénévoles… Très bonne continuation, trop motivés, courage !

Centre de préférences de confidentialité

Retour haut de page