À la rencontre de…Bénédicte, animatrice JRS Jeunes

“Namaste : la lumière en moi reconnaît la lumière en toi, en vous. Donc merci à tous ! Namaste, Namaste…” C’est la dernière séance de yoga avec Bénédicte, qui anime le yoga à JRS Jeunes depuis deux ans. Elle a commencé en accompagnant la pratique avec Ben et Jen puis, après leur départ puis celui de Sarah et Joanna, s’est lancée ! 

Bénédicte, comment décrirais-tu le yoga à JRS Jeunes ?
C’est un yoga doux, il y a un côté léger et fun, c’est un lieu où l’on peut s’amuser, même avec une pratique intérieure. On fait des postures plutôt simples, en douceur.
Au début, on dit son prénom, son émotion, son intention, on prend le temps que chacun parle. A la fin, on dit aussi comment on se sent. C’est quelque chose qu’on ne ferait pas vraiment dans un autre cours de yoga. 
C’est un lieu qui s’est enrichi des personnes qui sont venues. Par exemple, Joana [qui a animé un atelier yoga également] proposait des exercices de respiration, c’est quelque chose qu’elle m’a transmis.

 Qu’est-ce que tu apprécies dans l’activité yoga ?
J’ai beaucoup aimé partager cette pratique avec des personnes que je n’aurais pas vues dans des studios, apporter cette pratique à des personnes qui n’y auraient pas accès parce que c’est souvent cher et dans des lieux spécifiques.J’aime partager cette pratique que j’aime avec des gens motivés, qui ont envie, qui sont curieux, il y a un accueil et un échange qui est chouette. 

Et ce qui est moins facile ?
C’est parfois moins confortable comme femme de donner un cours de yoga à des hommes, de parler du corps, même si tout s’est bien passé. Enseigner en français aussi était marrant car je sentais une vraie concentration des participants qui ne maîtrisaient pas parfaitement la langue !
La phase à distance était finalement sympathique, malgré la durée. C’est dommage qu’on n’ait pas pu faire les choses régulièrement en présentiel cette année avec le contexte sanitaire, mais c’était beau de se retrouver le jeudi soir en ligne, avec des personnes de plusieurs géographies. Je pense à Oumar par exemple qui adorait, il avait peu d’espace chez lui mais faisait les choses à fond. C’était un très beau moment ! 

As-tu appris quelque chose en animant cette activité ?
J’ai appris des choses sur l’asile, les différences entre demandeurs d’asile et réfugiés par exemple, ou le processus de régularisation. Mais j’ai surtout découvert des aspects des personnes, des cultures et des pays d’origine. J’ai vécu des expériences riches dans les échanges. Vivre une rencontre en simplicité, autour d’une activité, m’a permis de changer de regard sur les personnes dans des situations difficiles : parfois, j’ai pu sentir le déracinement mais surtout souvent voir la joie de certains à être ici. 

Est-ce que tu peux nous partager une rencontre marquante ?
Il y a trois ans, j’ai rencontré Kendrick, il était très assidu. On avait sympathisé. Il est revenu il y a un an et il n’allait pas bien. Il avait plein d’énergie, un bon départ, une bonne dynamique… Mais il n’allait plus bien, il n’est pas revenu après d’ailleurs et ça m’avait touchée.
Et Yasmina : elle aimait le yoga mais elle n’était là que pour un temps donné. Elle venait toutes les semaines en France, c’était très agréable de la voir si motivée et de véritablement voir les bienfaits. Elle ne voulait pas retourner en Algérie mais elle n’était là que pour des études. Pendant le confinement, avec la distance, on a pu la revoir sur les cours en ligne, c’était beau même si c’était aussi difficile pour elle.
Parfois, il y a des présences et des regards, je ne retiens pas toujours le prénom, mais je sens les personnes présentes. Je me souviens d’une personne qui a parlé de connexion au cœur après la pratique, pendant le confinement, il avait une force de méditation incroyable. C’était hyper beau !
Et je retiens surtout tous les sourires, les regards échangés avant et après le cours !

Est-ce que tu aurais un message ou une question pour les participants et participantes ?
Merci pour votre présence, c’est grâce à vous que cette activité a existé et que j’ai passé de bons moments. Merci pour votre confiance et vos encouragements appréciables : il y a une gratitude, des mercis sincères à la fin et ça m’a fait chaud au cœur. 

Il y a deux choses que j’ai essayé de transmettre pendant cette activité : notre corps c’est notre maison, on a tous une maison dont on peut prendre soin ! Et le rituel de fin pour cultiver la lumière en chacun. Reconnaître que chacun a une lumière en soi et que se regarder, c’est souvent voir cette lumière, quelle que soit la situation de chacun.
Je suis aussi curieuse, au-delà des paroles de fin de séance, de connaître ce que vous a apporté ce moment, cette pratique !

Et pour la suite ?
J’espère poursuivre cette pratique de façon bénévole parce que c’était une belle expérience, il y a du sens à partager le yoga !

Retour haut de page