De demandeur d’asile à réfugié

UN LEXIQUE COMPLEXE

Migrants ? Réfugiés Immigrés ? Demandeurs d’asile ?

L’utilisation inappropriée de ces termes reflète souvent une grande confusion qui peut conduire à des analyses erronées.

Le terme « migrant » désigne, selon la définition de l’UNHCR, une personne née dans un pays et qui vit dans un autre pays, pour une durée supérieure à un an, non pas en raison d’une menace directe de persécution ou de mort, mais pour des motifs, principalement liés à la recherche de travail, à l’éducation ou au regroupement familial.

En droit international, conformément à la convention de Genève signée en 1951, le terme « réfugié » s’appliquera à toute personne qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner.

En France, être «demandeur d’asile » est le statut d’une personne qui demande l’asile dans un État tiers. « Réfugié » est le statut officiel d’une personne qui a obtenu l’asile d’un État tiers.

Si sa demande d’asile est refusée, il devient alors « débouté ». S’il décide, malgré tout, de rester en France, il est « sans papier ».

On estime aujourd’hui que seulement 4% des demandeurs d’asile déboutés quittent notre pays.

Les Français, eux aussi, sont de plus en plus nombreux à « émigrer » . Parmi eux, on estime à environ 3,5 millions, le nombre de Français « expatriés ».

LE PARCOURS DU COMBATTANT DU DEMANDEUR D’ASILE

Petite infographie expliquant le long chemin à parcourir pour obtenir le statut de réfugié. Cliquez au centre de l’image pour l’agrandir.

QUELQUES DOCUMENTS UTILES